CRISTINA

Une Psy pas comme les autres

L'AMOUR & ses secrets

J’ai toujours été de ceux qui croient que l'amour véritable résiste à la distance. Le « loin des yeux, loin du cœur" ne m’a jamais fait peur.

En revanche, je m’inquiète beaucoup plus pour les personnes qui partagent leur vie 24 heures sur 24. Là est le vrai challenge ! Il est bien plus facile de conserver une part de mystère ou de romantisme lorsqu’on ne vit pas constamment ensemble.

Je ne dis pas qu'il ne faut pas vivre ensemble, chaque couple a son mode de fonctionnement, il n’y a pas qu'un modèle. Il y a autant de modèles qu'il y a de couples. Je dis juste que ça me fait peur.

Le « Près des yeux, loin du cœur » me fait assez peur.

Trop loin, on se cherche mais trop proche on ne se voit plus. L’idéal serait de s'approcher pour fusionner et juste après s’éloigner pour s’observer ; s’approcher pour mieux se connaître, s’éloigner pour redevenir des inconnus et refaire à nouveau connaissance.

Là vous êtes en train de vous dire « plus que 3 lignes à lire et Cristina va me révéler le secret de la passion éternelle en couple". Ah ! si seulement j’avais le secret……. je le garderais pour moi toute seule ! (Argh, la garce ! 😈🙂). Bien sûr que je le partagerais avec vous……. moyennant quelques milliers d’euros (ben quoi ? Ne dit-on pas que l’amour n’a pas de prix ? 🙂).

Trêve de plaisanterie ! Le secret c’est qu’il n'y a pas de secret. Tomber amoureux c’est comme gagner à la loterie. On gagne par hasard mais la suite de l’histoire est entre nos mains. Soit on dépense tout nos gains en une fois soit on leur fait prendre de la valeur…

C’est ça une belle histoire d’amour. Savoir faire prendre de la valeur au hasard.

                                 14 mai 2020.

PSYCHO 🧠 1 MOT qui pourrait te révéler voire te relever !

Hier, alors que je cherchais désespérément à me définir en 1 mot sur mon compte INSTAGRAM, j'ai enfin trouvé qui j'étais ! Bien évidemment, je sais qui je suis. Je connais mon nom, mon prénom, mon adresse, mon âge et toutes ces choses qui nous définissent sur une carte d'identité ou une composition de ménage. Mais qui suis-je au-delà de ça ?

Comme je l'ai dit quelque part dans mon BLOG, j'ai régulièrement la sensation de ne pas trouver ma place dans ce monde et d'avoir 4 vies en 1. Cela me vient sans doute du fait que j'ai une vie professionnelle diversifiée et donc compartimentée. Je suis psychologue, coach fitness et je me lance depuis peu dans l'aventure du One Woman show et des chroniques radio. A cela s'ajoutent les compartiments "maman célibataire👩‍👧et femme👠".

Bref, sensation pesante d'être incapable de faire ce que la plupart des gens font et qu'on nous demande depuis tout-petit: choisir UN métier. De là doit partir mon sentiment de n'appartenir à aucun clan, d'être seule dans l'arène, incomprise et pas programmée comme tout le monde. Même si en vérité, suivre le troupeau 🐑 n a jamais été mon dada 🐎 car j'ai toujours été animée par un besoin irrépressible de liberté. Cela dit, n'arrivant pas à me mettre dans une case, il était difficile de ne pas me sentir segmentée, éclatée en plusieurs morceaux que j avais du mal à rassembler. Il m'arrivait aussi de penser que j'étais instable voire que je me faisais de faux espoirs sur la possibilité  de concrétiser mes rêves. Jusqu'à hier....

En GOOGLEant 😁, je suis tombée sur un article qui m'a rendue folle de joie ! Cet article était écrit pour moi ! Il parlait de moi  ! Et peut-être de toi qui me lis à l'instant ?

Le diagnostic tombe : je suis une... SLASHEUSE ! BAM 💥 ! Jamais de ma vie, je n'avais entendu ce mot. Peut-être est-ce également ton cas ? 

Je te colle, ci-dessous, un extrait de l'article pour mieux comprendre ce qu'est SLASHER:

" Slasher, selon les définitions, c’est cumuler différents métiers et donc différentes vies professionnelles. Ce n’est pas le fait de cumuler plusieurs métiers qui définit quelqu’un comme un slasheur. Cela a davantage à voir avec la manière dont on se sent et on se définit. Slasher c’est d’abord cumuler des compétences multiples et très différentes. Slasher est-il typiquement féminin? Toute femme cumule par définition plusieurs rôles sociaux, qu’elle choisit ou non d’investir: fille, parfois mère, épouse, femme active, parfois membre d’une association, grand-mère... Mais connaître une vie professionnelle «segmentée» ne lui est a priori pas spécifique. «Je vois beaucoup de slasheuses entre 30 et 35 ans, à un stade où beaucoup d’entre elles ont un fort besoin de flexibilité pour allier vie privée et professionnelle», explique cependant Myriam Delouvrier, qui constate par ailleurs le besoin de plus en plus affirmé «de réaliser ses rêves à travers son activité professionnelle». Ceci plus cela se traduit souvent par le fait de lancer son activité à côté d’un emploi salarié… et de se retrouver slasheuse de fait ".

Grâce à cet article, j'ai compris que je n'étais pas instable mais juste une femme qui cherche du mieux qu'elle peut à vivre sa vie en restant le plus possible fidèle à  ses rêves d'enfant. 

L'IMPORTANCE DE METTRE DES MOTS SUR SES MAUX, SES RESSENTIS, SES ÉMOTIONS.

Cela dit, cela soulève tout de même un problème...pourquoi n'ai-je pas choisi a 18 ans de faire de études qui m'orienterait vers un métier qui se rapproche le plus possible de mes rêves? On en parlera dans un autre article.

04 mai 2020.